Bienvenue dans le monde de la vision des enfants!

Tout programme de contrôle de la myopie ne serait être complet sans aborder les concepts importants de la posture et les conseils d’hygiène visuelle.

Il est amplement prouvé que les conditions qui conduisent à des tensions musculaires et le stress excessif  qu’on impose sur le système visuel, sur une période de temps, vont conduire à des problèmes visuels tels que la myopie, et occasionneront d’autres problèmes de la focalisation et la coordination binoculaire (entre les deux yeux ou problèmes d’alignement). Il est notoire que le travail de près prolongé (lecture, écriture dessin, jeux vidéo, ordinateur), va provoquer une augmentation des problèmes visuels tels que la myopie.

Bien que nous ne puissions pas éliminer les tâches qui doivent être faites, et qui peuvent même être une source de loisirs, elles peuvent être effectuées d’une manière qui impose un minimum de stress sur le système visuel.

Si elles sont suivies, ces suggestions peuvent donner lieu à un travail ou loisir plus aisé et plus productif et aura comme conséquence de prévenir ou de retarder le développement de problèmes visuels.

La distance de travail

Pour lire, écrire, et d’autres tâches de vision de près, il est important de lire ou d’écrire à une distance adéquate.

Lorsque la distance de travail est trop courte, tant chez les enfants que chez les adultes, on crée un effort supplémentaire important sur le système de focalisation et d’alignement des yeux (convergence) Ce stress supplémentaire peut conduire à un une fatigue visuelle et un stress qui augmentera les symptômes.

La distance à laquelle on lit spontanément est appelée la distance réflexe de lecture (DRL). Celle-ci doit toujours être comparée à la distance de Harmon.

La distance de Harmon

Dans les années cinquante, D.B. Harmon, un éducateur et un kinésiologue, a montré que la distance idéale de lecture pour chaque individu était la distance entre le centre de l’articulation médiane jusqu’au centre du coude mesurée à l’extérieur du bras. Travailler à la distance Harmon réduit le stress visuel de près. Harmon considérait que les facteurs environnementaux étaient liés au développement des problèmes visuels et avait une excellente compréhension des relations entre le mouvement, la posture et la vision.

Comment se mesure la distance de Harmon

Harmon a effectué des études de posture et de vision sur un nombre phénoménal d’enfants (plus de 160 000!) dans les années quarante et cinquante. Voici ses principales conclusions :

  • En 1958, il a démontré que 30,2 % des écoliers testés présentent des problèmes de posture qui pourraient être liés à la vision.
  • Il avait aussi constaté une augmentation de la prévalence des problèmes visuels avec l’âge, chez les enfants de l ‘école primaire, allant de 20 % à l’entrée en primaire à 80 % après cinq ans d’école. Ses investigations dans l’environnement scolaire le menèrent à penser que certains problèmes visuels apparaissaient quand les sujets étaient soumis à un travail en vision de près dans de mauvaises postures, afin de maintenir une fonction visuelle efficace. (1958)
  • Une mauvaise posture ne provoque pas seulement des problèmes visuels. Un déséquilibre postural nécessite une dépense d’énergie plus importante, ce qui diminue l’efficacité du sujet pour accomplir sa tâche. Ainsi l’enfant disposera d’une moins grande quantité d’énergie pour l’apprentissage scolaire. (1951, 1958)
  • Harmon a constaté que les surfaces horizontales ont tendance à obliger l’étudiant à se pencher et à se rapprocher de son plan de travail. Il est donc préférable d’utiliser des plans de travail inclinés à 10° ou même mieux à 20°.
  • Pourquoi 20 degrés ? Harmon démontre que c’est l’angle physiologique que tout le monde adopte entre le plan horizontal passant par les coudes et les avants bras lors de la lecture, dans une ambiance extérieure sans contrainte. Cette position s’accompagne du plan facial parallèle au plan des avants bras.
  • La posture courbée vers l’avant induit des tensions cervicales, rend la digestion plus pénible et gène la respiration nécessaire au bon fonctionnement du métabolisme général.

Lors de ses études, Harmon a soulevé la surface de travail des enfants à un angle de 20 degrés, ce qui portait la surface plus parallèle au visage. Cela a considérablement réduit la compression des disques intervertébraux. Voir l’image suivante qui montre une posture de travail idéale avec une surface penchée de 20 degrés.

Posture de travail idéale

http://www.visualedgesb.com/

Après six mois, dans les classes avec le mobilier qui comprenait une surface de travail de 20 degrés, seulement 18,6 % des enfants examinés montrait des difficultés visuelles, par rapport à 53,3 % examinés six mois auparavant. Il y avait aussi une réduction significative des problèmes de posture (diminution de 25 %) et de fatigue visuelle chronique (diminution de 55 %).

Il est malheureux que ces études et ses conclusions aient été reléguées aux oubliettes. De nombreux problèmes de posture et de vision pourraient être ainsi évités si on appliquait dans nos écoles de simples modifications…

Références:

Harmon DB. Notes on a Dynamic Theory of Vision, 3rd Revision. Austin TX, Self Published, 1958.

Harmon DB., Some preliminary observations of the developmental problems of 160,000 elementary school children. Med Woman’s J 1942:49:75-82.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :