Bienvenue dans le monde de la vision des enfants!

La directionnalité

La directionnalité incorpore les concepts spatiaux de «haut, bas, devant, derrière», et toutes les combinaisons de ceux-ci. Cela signifie également projeter ces directions, y compris la gauche et la droite dans l’espace. Encore une fois, une personne doit comprendre les concepts qui se rapportent à elle-même avant de pouvoir les appliquer à autres choses.

La directionnalité est très importante dans le décodage des lettres. Si un enfant ne maîtrise pas la directionnalité de façon adéquate, apprendre à lire peut être très déroutant. Par exemple, les lettres «b», «d», «p» et «q» se ressemblent toutes puisqu’elles ne diffèrent que par leur orientation.

FAIT: La recherche a montré que les enfants qui ont encore des problèmes d’inversions de lettres après l’âge de 8 ans auront probablement des problèmes à développer de bonnes habiletés en lecture.

Ces habiletés, par contre, peuvent être entraînées ou apprises par la rééducation visuelle.

Une fonction importante qui lie la latéralité et la directionnalité est nos yeux.

Des habiletés adéquates ou un bon contrôle dans les mouvements oculaires sont essentiels dans le développement des habiletés de directionnalité. Si les yeux ne peuvent se déplacer de mot en mot ou d’une ligne à une autre de façon efficace et rapide, cela pourrait signifier être à risque pour avoir un problème de décodage en lecture, car la façon par laquelle nous parcourons un texte des yeux est importante pour le codage au niveau du cerveau.

On distingue deux facettes de la directionnalité :

1) la directionnalité graphique : selon que l’enfant est gaucher ou droitier, les lettres ou les formes ne sont pas intrinsèquement formées dans la même direction (de droite à gauche ou de gauche à droite). Par contre, l’écriture du français requiert un mouvement graphique de gauche à droite même pour les enfants gauchers. Elle a aussi une relation avec les inversions de lettres et/ou chiffres.

2) la directionnalité spatiale : la projection des directions à l’extérieur de l’organisme dans l’espace. L’enfant doit faire correspondre ses relations extérieures de l’espace avec les relations spatiales de son corps. Elle concerne aussi l’observation des relations entre les objets dans l’espace.

Intégration bilatérale (des deux côtés du corps) et le schéma corporel

L’intégration bilatérale ou la coordination entre les deux cotés du corps est une autre habileté visuo-spatiale qui est importante. Il s’agit de la capacité d’utiliser efficacement les deux côtés du corps séparément (comme en tapant sur un clavier) et/ou simultanément (aller à bicyclette).

Les très jeunes enfants utilisent un seul côté à la fois jusqu’à ce qu’ils apprennent cette habileté. Il s’agit d’une partie normale du développement. Toutefois, si un enfant présente toujours des difficultés à intégrer les deux côtés de son corps après la troisième année, ceci peut signifier un problème avec les habiletés visuo-spatiales.

Cette compétence ne peut pas être pleinement développée, sauf si la latéralité est bien apprise. Si on ne possède pas le concept de la différence entre les deux côtés du corps, il est très difficile d’apprendre à les coordonner.

Le schéma corporel concerne la connaissance intégrée des parties du corps comme point de référence dans l‘espace  (relation avec motricité générale, coordination générale, les sports, etc.), puisque le corps sert de point de référence dans l’espace lorsqu’on est en mouvement.   C’est l’ensemble des processus qui enregistre la position des parties du corps d’un dans l’espace.

Les habiletés d’analyse visuelle

L’analyse visuelle, ou discrimination visuelle, est utilisée pour identifier, trier, organiser, stocker et rappeler des informations présentées sous forme visuelle. C’est la capacité à capter de l’information visuelle, s’en souvenir et de l’appliquer plus tard.

Les enfants ayant de faibles habiletés d’analyse visuelle ont souvent des difficultés à apprendre l’alphabet, et connaître les mots ou les formes simples, même lorsqu’ils sont présentés à plusieurs reprises. Par exemple, ils peuvent lire correctement le mot «maison» dans une phrase et une lecture incorrecte du mot «raison» deux lignes tard. Ces enfants ont tendance à confondre les mots avec des terminaisons ou des débuts semblables. Ils ont également de la difficulté à comprendre les concepts de taille et d’’ampleur (une tasse d’eau dans un grand verre et une tasse d’eau dans un bol peu profond ne sont pas considérées comme des quantités égales).

Signes et symptômes d’une dysfonction de l’analyse visuelle

  • difficulté à apprendre l’alphabet
  • difficulté à reconnaître les mots
  • erreurs avec les mots avec débuts similaires
  • confond ressemblances et les différences mineures
  • ne reconnaît pas le mot même si répété à nouveau sur une page
  • problèmes à se souvenir et à écrire des lettres et chiffres
  • distrait
  • courte durée d’attention
  • problèmes de concentration
  • trace ou touche les illustrations pour les intégrer
  • difficultés à comprendre des instructions
  • hyper ou hypo actif

Autres habiletés liées à l’analyse visuelle

Figure-fond visuel: la capacité à s’attarder ou à rechercher une forme ou une caractéristique, tout en ignorant les informations non pertinentes. Exemple: rechercher un élément spécifique d’information lors de la lecture ou la recherche d’un outil spécifique dans une boîte à outils complète.

La discrimination visuelle est donc la capacité d’observer des similitudes ou des différences subtiles parmi des formes ou des symboles. Elle est liée à l’attention visuelle.

Activités similaires : les jeux des erreurs / Où est Charlie?

La reconnaissance visuelle de la forme / constance de la forme : la capacité à discriminer des différences dans les formes. Cela inclut les différences de taille, de forme, de couleur et d’orientation. La constance de la forme est de reconnaître le fait que l’information visuelle d’une forme est la même en dépit de la taille de cet objet, de son emplacement ou de sa rotation.

Exemple: POT = pot = Pot

Au niveau de l’apprentissage scolaire, la perception de la forme permet de reconnaître les formes de base qui constitueront par la suite les lettres et les chiffres. Plusieurs enfants ont de la difficulté à voir puis à copier des formes sur papier.

La complétion visuelle est la capacité à reconnaître des indices présentés visuellement qui permettent de déterminer l’apparence du produit final, sans la présence de tous les détails.

Exemple: être capable de compléter un mot lorsque seulement une partie de ce mot est vu, ou reconnaître ce qui va apparaître dans une image avant qu’elle soit terminée.

Dans cet exercice de complétion visuelle, l’enfant doit déterminer quelle forme incomplète au bas de l’image représente celle du haut.

Commentaires sur: "Les habiletés visuelles-perceptuelles et la réussite scolaire (2)" (1)

  1. bensoltana a dit:

    Mon étude à été faite en lecture de l’arabe chez les enfants en primaire et j’ai pu confirmer qu’en fonction de l’éducation visuelle et l’entrainement en lecture en fonction du niveau scolaire et maturité l’habilité progresse et la stratégie visuelle est de plus en plus performante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :