Bienvenue dans le monde de la vision des enfants!

Mémoire visuelle et visualisation

Mémoire visuelle spatiale: la capacité de rappeler la localisation spatiale d’un objet ou de plusieurs stimuli. La capacité d’être en mesure de se rappeler, d’identifier, ou de reproduire le design d’un objet lorsqu’il n’est plus visible. La mémoire visuelle est importante pour se rappeler des choses lues ou des consignes écrites.

Exemple: Être capable d’imaginer un objet perdu; voir un mot imprimé et l’élaboration d’une image mentale de l’objet correspondant.

Activité: jeux de mémoire avec cartes à jouer ou autres

Mémoire visuelle séquentielle: la possibilité de visualiser, puis de se rappeler une séquence de chiffres, des lettres ou d’objets dans l’ordre où ils ont été initialement présentés.

Exemple: se rappeler un numéro de téléphone 205-9786 vs 205-9687, ou en orthographe «verre» versus «vers».

Visualisationla capacité à se rappeler (mentalement) une image ou un objet déjà vu et manipuler mentalement cette image de façon différente. On peut alors se former une image mentale qui est utilisée dans le présent ou dans le futur. Cette habileté est essentielle lors de l’épellation, des mathématiques orales et pour pouvoir se rappeler des scènes, des évènements, des consignes.

L’enfant doit d’abord examiner la première forme. Ensuite, il doit trouver laquelle des quatre formes suivantes qui, une fois assemblée avec la première, constituera un carré parfait.

Vitesse et empan de perception visuelle: La vitesse et la quantité d’information visuelle que l’enfant peut traiter visuellement. Par exemple, la capacité de comparer rapidement et avec précision des lettres, des chiffres ou des images. On peut parler aussi de la capacité à identifier un détail précis parmi tant d’autres ou de filtrer les informations inutiles.

Exemple: copier rapidement et efficacement ce qui est écrit au tableau avec seulement quelques regards vers celui-ci versus avoir le besoin de jeter un regard sur le tableau à chaque un ou deux mots.

Automaticité

Lorsque toutes ces habiletés sont bien maîtrisées, il est important qu’elles deviennent automatiques, de sorte qu’elles soient appliquées rapidement et requièrent moins d’énergie et de concentration à traiter. Tout doit devenir facile.

L’automaticité est la clé d’un apprentissage efficace.

L’apprentissage de la lecture et de l’écriture est la tâche la plus difficile qu’un être humain aura à faire face dans sa vie entière. La lecture et l’écriture sont des tâches très complexes qui requièrent une foule d’habiletés visuelles, perceptuelles, auditives et tactiles.

L’optométriste spécialisé en rééducation visuelle doit s’assurer de l’état de toutes les habiletés visuelles et perceptuelles. C’est pourquoi l’évaluation de ces habiletés prend plus de temps.

La rééducation visuelle

La rééducation visuelle est une série d’activités visuelles, motrices et perceptuelles pour améliorer ces différentes habiletés. Comme ces habiletés sont apprises entre 0 et 6 ans, alors elles peuvent être entraînées, améliorées ou apprises de nouveau pour un maximum d’efficacité visuelle.

Quelques études cliniques

En 2010, Dhingra et colloborateurs ont analyse la relation entre différentes perceptions (visuelle, auditive, cinesthésique et tactile) et la performance académique d’un certain nombre d’enfants.

Ils ont utilisé des parties de tests normalisés qui mesuraient plus spécifiquement ces différentes perceptions (notamment les McCarthy Scales of Children’s Abilities et WISC III-R).

Considérée dans son ensemble, le rendement scolaire des enfants (que les auteurs ont défini comme l’ensemble des trois domaines académiques, à savoir la lecture, l’orthographe et les mathématiques) était significativement corrélée avec surtout trois canaux perceptuels, à savoir, la perception visuelle (r = 0,521, p <0,001), la perception auditive  (r = 0,544, p <0,001) et la perception cinesthésique (r = 0,186, p <0,05).

D’abord, le rendement en lecture et celui en orthographe étaient significativement associés (les élèves qui ont une bonne lecture ont aussi une bonne orthographe), mais ces domaines académiques sont étroitement liés aux trois domaines perceptuels déjà cités. D’autre part, la réussite en mathématiques n’est liée qu’à la perception auditive et visuelle. Ainsi, les résultats indiquent qu’entre autres, les perceptions visuelles et auditives jouent un rôle crucial dans l’apprentissage scolaire.

Une autre étude, celle de Goldstand en 2005, avait pour but de comparer les habiletés visuelles et perceptuelles entre des enfants avec ou sans problèmes scolaires modérés de lecture et d’examiner l’incidence des déficits visuels chez ceux-ci.

Les auteurs ont comparé ont comparé les résultats de soixante-et-onze élèves de septième année, dont 46 n’avaient aucun problème de lecture et 25 avaient des problèmes de lecture. Ils ont utilisés des scores concernant un dépistage visuel, des tests de perception visuelle, des tests d’intégration visuo-motrice, et le rendement scolaire. En outre, ils ont par la suite comparé le rendement scolaire et le traitement de l’information visuelle entre les enfants qui avaient échoué ou réussi les tests de dépistage de la vision.

Des déficits visuels ont été retrouvés chez 68 % des participants, et plus chez les garçons que chez les filles. Les lecteurs dysfonctionnels avaient significativement un plus faible rendement scolaire et de moins bons scores de dépistage visuel que les bons lecteurs. Les participants qui ont réussi le dépistage visuel avaient des résultats significativement meilleurs dans la perception visuelle que ceux qui ont échoué.

Les fonctions visuelle et perceptuelle distinguent nettement entre les enfants avec et sans difficultés scolaires légères. La fréquence élevée des problèmes visuels chez les enfants qui réussissent moins bien exige qu’il est important de bien cerner les déficits visuels et perceptuels chez les écoliers ayant des difficultés de rendement scolaire.

  •  Dhingra R, Manhas S, Kohli N.  Relationship of Perceptual Abilities with Academic Performance of Children. J Soc Sci, 23(2): 143-147 (2010)
  •  Goldstand S, Koslowe KC, Parush S.Vision, visual-information processing, and academic performance among seventh-grade schoolchildren: a more significant relationship than we thought? Am J Occup Ther. 2005 Jul-Aug;59(4):377-89.

Conclusion

Nous avons discuté des principales habiletés perceptuelles qu’un enfant doit maîtriser afin de mieux traiter l’information visuelle tant à l’école qu’ailleurs. La vision et la perception touchent à tous les aspects de la vie des enfants. Dans un sens, la perception visuelle est le processus visuel de la pensée plus que de l’oeil lui-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :