Bienvenue dans le monde de la vision des enfants!

Photo JPL-blogueDans le texte précédent, nous vous faisions part d’une étude concernant les maux de tête des enfants et le manque de pertinence d’avoir soit à porter des lunettes ou à modifier la puissance des verres portés. Un des aspects discutés était la méthodologie scientifique utilisée et le fait de faire de telles affirmations sans chercher plus loin que son nez…

Contrairement au communiqué des auteurs et de l’American Association of Ophthalmology en question, il existe une source plus pertinente et plus scientifique pour la pertinence des maux de tête et la vision des enfants qui est exempt de la partialité de tout examinateur. En 2009, une étude importante à la fois de la part d’optométristes et d’ophtalmologistes concernant l’insuffisance de convergence et ses symptômes,  l’étude CITT (The Convergence Insufficiency Treatment Trial) débutait. Ils ont créé un questionnaire appelé CISS (Convergence Insufficiency Symptom Survey) afin de lier les symptômes à l’insuffisance de convergence. Tout ce qu’on a à faire pour déterminer si les exigences visuelles sont liés à des maux de tête est de le demander! Et le questionnaire CISS a prouvé que cela pouvait se faire de manière fiable. Vous retrouverez le questionnaire à la fin du texte. Notez le nombre d’items qui se  rapportent à l’inconfort visuel.

Q1: Est-ce que vous vous sentez fatigué lors de la lecture ou en effectuant un travail de près?

Q2: Est-ce que vos yeux sont inconfortables lors de la lecture ou en effectuant un travail de près?

Q3: Avez-vous des maux de tête lors de la lecture ou en effectuant un travail de près?

Un instant! Pourquoi est-ce que le meilleur questionnaire standardisé de l’histoire des études conjointes de l’optométrie et de l’ophtalmologie, une étude subventionnée par le gouvernement américain,  demanderait directement une question concernant les maux de tête associés à des tâches visuelles, alors que l’étude dont on parle «prouve hors de tout doute» que ce n’est pas pertinent?

Nous allons passer outre les notions simplistes de cette étude sur les maux de tête, et remettre les pendules à l’heure:

  1. Les maux de tête peuvent être associés à des problèmes de vision. À moins de poser la question, vous n’obtiendrez pas toujours une réponse.
  2.  Le dépistage du pédiatre ne se substitue pas du tout à un examen visuel complet effectué par un optométriste. Un enfant qui se plaint de maux de tête associés à des tâches visuelles de près (lecture, écriture, dessin, etc.) peut montrer un problème fonctionnel de près (problèmes d’alignement dont la convergence et de focalisation ou de mise au point des yeux) sans toutefois avoir un problème d’acuité visuelle de loin (vision de 20/20 ou 100%).
  3.  Un changement de puissance dans les verres peut parfois ne pas régler complètement les maux de tête. Mais souvent le port de lunettes chez un individu qui n’en portait pas va régler le problème.
  4.  Si la cause sous-jacente des maux de tête est un problème fonctionnel, le traitement de choix selon les études scientifiques éprouvées est la rééducation visuelle optométrique.

Adapté du blogue VisionHelp: http://visionhelp.wordpress.com/

Le résumé de l’étude concernant le questionnaire CISS se retrouve à l’adresse suivante (en anglais):

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19289977

Vous pouvez consulter le questionnaire CISS dans un article que j’ai écrit pour la revue l’Optométriste concernant l’étude des verres Relaxsee à l’adresse suivante (le questionnaire se trouve à la fin de l’article :

www.aoqnet.qc.ca/upload/revue/article_66_18.pdf

Même en ophtalmologie, voici ce qu’on pense de la fatigue visuelle et des maux de tête :

«Les troubles visuels sont provoqués par la mise au point de plus en plus difficile de l’œil sous l’effet de la fatigue surtout en fin de journée après une lecture prolongée. La vision se trouble et parfois même devient double. La vision d’un interlocuteur à faible distance peut être inconfortable.

La fatigue visuelle se manifeste surtout en fin de journée car la vision de près est sollicitée en permanence par des efforts d’accommodation dans le travail comme dans les loisirs avec en particulier les écrans d’ordinateur, de téléphone portable, de télévision, de consoles de jeux…

Les troubles oculaires qui traduisent une fatigue visuelle se manifestent, par une sensation d’inconfort, de tension, de lourdeur dans la région des yeux, des orbites ou des paupières. Ce peut être aussi des sensations d’irritation, de brûlures, de picotements, de démangeaisons avec parfois les yeux rouges, larmoiement ou irritation du bord des paupières, de sécheresse oculaire. Le sujet peut ressentir des douleurs le plus souvent sourdes et peu intenses mais pouvant devenir aigues se situant généralement derrière les yeux. Les globes oculaires sont douloureux à la pression à travers la paupière supérieure et aux mouvements du regard.

Les maux de tête peuvent siéger autour des yeux, «en casque» au niveau du front au-dessus de la ligne des sourcils, des tempes ou de l’occiput. Ces céphalées sont liées aux efforts visuels, surviennent après une certaine durée de travail, en fin de journée, et disparaissent ou s’atténuent après l’arrêt du travail.»

Source: http://www.ophtalmologie.fr/fatigue-visuelle-yeux.html :

Questionnaire CISS-V15

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :